Archives pour l'étiquette Mo Hayder

Viscères #7 (Wolf) de Mo Hayder

viscères #7 de Mo Hayder
viscères #7 de Mo Hayder

Viscères, Opus #7 , Mo Hayder ce petit bout de femme a l’air angélique a encore frappé. Cet opus commence à fond, dès les premiers chapitres la tension s’installe avec cette petite fille de 5 ans qui rencontre un homme avec une barbe noire et un chien prénommé Ourse, et, et, … les parents s’affolent de cette rencontre. « Amy a cinq ans et jamais pendant ces cinq années elle n’a vu maman faire ça« . Mais c’est juste pour donner le ton.

Continuer la lecture de Viscères #7 (Wolf) de Mo Hayder

Fétiches #6 de Mo Hayder

Poppet Fetiches de Mo hayder

Sixième opus de la série Jack Caffery, le démarrage se fait dans les entrailles d’un établissement psychiatrique de haute sécurité en crise. Rumeur, hystérie, découpage, énucléation, psychopathe, paranoïaques. Tout plein de ravissements au programme.  Jack toujours sur l’affaire de Misty Kitson (« Skin » et « Proies« ), et est bizarrement  avec la mère Jacqui Kitson (il hésite entre la vérité et protéger Flea). 

Continuer la lecture de Fétiches #6 de Mo Hayder

Proies de Mo Hayder

 

Proies de Mo hayder
Proies de Mo hayder

 

« Proies », opus #5 se déroule six mois exactement après la fin de « Skin« . Alors qu’elle dépose ses courses dans le coffre de sa voiture, une femme est jetée au sol par un individu qui prend la fuite à bord du véhicule. Selon la police, pour qui il ne s’agit que d’un banal fait divers, l’agresseur ne s’est sans doute pas rendu compte de la présence d’une fillette sur la banquette arrière. Mais le scénario s’assombrit : l’enfant reste introuvable et une deuxième petite fille disparaît dans les mêmes circonstances. Le ravisseur ne tarde pas à se mettre en contact avec la police… Les heures passent, le suspens augmente… Continuer la lecture de Proies de Mo Hayder

Skin de Mo Hayder

Skin de Mo Hayder

Skin, opus #4 de la série Jack Caffery. La reine du thriller a encore frappé. « On déplore des victimes d’un nouveau genre. Ecorchées. Dépecées. On ne coupe plus, on épluche…. ». Une disparition très médiatisée : une femme de footballeur, des suicides. Mais pour Jack, ce ne sont pas des suicides : un démon …

Continuer la lecture de Skin de Mo Hayder

Rituel de Mo Hayder

Rituel de Mo Hayder
Rituel de Mo Hayder

Le Sergent « Flea » Marley, chef de plongeuse de la police trouve une main sectionnée posée sur la vase dans le port de Bristol, Jack Caffery muté depuis peu à Bristol trouve une seconde main tranchée net sous un restaurant tenu par un Africain près du port de Bristol. Deux mains et pas de cadavres, mais « l’amputation d’une main ne transforme pas nécessairement le corps humain concerné en cadavre »… Continuer la lecture de Rituel de Mo Hayder

L’homme du soir de Mo Hayder

l' homme du soir de Mo Hayder
l’ homme du soir de Mo Hayder

 

Deuxième opus de la série Jack Cafferey, attention âmes sensibles, passez votre chemin ….  c’est particulièrement glauque ici. 

Aux abords de Brockwell Park, un quartier résidentiel dans le sud de Londres, un garçon de neuf ans est enlevé à son domicile, ses parents sont retrouvés : sa mère attachée et enfermée dans un placard, son père est retrouvé ligoté au radiateur de la cuisine. Ils sont complètement déshydratés après plusieurs jours de séquestration, la maison est toute saccagée, taguée avec des inscriptions, le sol et les murs sont couverts de sang et d’urine. Le coupable s’est enfui avec l’enfant dans le parc. Une chasse à l’homme s’en suit.

Continuer la lecture de L’homme du soir de Mo Hayder

Birdman de Mo Hayder

Birdman de Mo Hayder
Birdman de Mo Hayder

Ames sensibles, faites demi-tour, car il y a du glauque, du sang, de la chair et un serial-killer.    

Les cadavres de cinq jeunes femmes sont retrouvés à moitié enterré dans un terrain vague de la banlieue londonienne. Toutes ces femmes sont des junkies, prostituées et stripteaseuses des quartiers chauds de Londres, elles ont été mutilées. L’autopsie révèle un détail fort perturbant : leur cage thoracique, mal recousue, renferme un oiseau mort. Le serial killer se voit alors surnommé : Birdman. Jack Caffery, inspecteur, est envoyé sur le charnier. Déjà en butte à l’hostilité de ses collègues, empêtré dans une liaison sentimentale insatisfaisante, buvant parfois plus que de raison, il se jette à corps perdu dans cette enquête épineuse qui a le mérite de le tenir éloigné pour un temps de ses démons intérieurs. 

Continuer la lecture de Birdman de Mo Hayder

ToKyo de Mo Hayder

 

Tokyo de Mo Hayder
Tokyo de Mo Hayder

 

Un des premiers livres de Mo Hayder que j’ai en main, et très bonne surprise. La narration mêle deux espaces-temps simultanément, un récit qui se passe à Nankin au début de l’année 1937 au sein d’une famille chinoise face à l’avancée de l’armée impériale japonaise. De l’autre, l’histoire d’une fille étrange décalée, elle se fait appeler Grey. Elle poursuit inlassablement des recherches suite à la découverte d’un livre à son domicile « L’horreur de Nankin ». Et depuis neuf ans elle étudie tout se rapportant aux massacres de Nankin. Mais ce n’est pas simplement une recherche historique, elle a un mystère en elle qu’elle voudrait exorciser. Ses recherches vont l’amener à rencontrer un mystérieux professeur Shi Chongming qui aurait en sa possession un film des massacres de Nankin. Un marché se met en place entre le professeur et Grey : le secret d’un yakusa contre le film.

Ce deal va entraîner Grey dans des clubs d’hôtesse, la rencontre du Yoyabon du Fuyuki Gumi, du monstre de Saitama. Chapitre par chapitre, le récit de la quête de Grey va être entremêlé des mémoires d’un survivant de Nankin. Ceux-ci sont décrits de façon brut pour montrer que la cruauté des Japonais peut être élevée au rang d’un art. Grey arrivera a dépasser le passé d’une certaine façon…

Polar et recherches historiques sont habilement mêlés, un suspens captivant. Beaucoup de noirceurs également via le récit des massacres de Nankin. Il est également à noter que la culture orientale est très présente  « J’avais oublié que les Occidentaux ignorent l’art d’écouter ».

Un bémol : je ne comprends pas pourquoi le titre Français est « Tokyo », alors que le titre original « The Devil of Nanking », titre qui décrivait mieux ce roman.

Un plus : ce roman donne l’envie d’en savoir plus sur l’époque ou ont lieu les massacres de Nankin.

 Citations :

  • C’est incroyable, la capacité qu’a le temps de se réduire à rien, comme un accordéon
  • J’avais oublié que les Occidentaux ignorent l’art d’écouter. Si vous m’aviez écouté avec attention, si vous m’aviez écouté autrement qu’à l’occidentale, vous sauriez que je ne conteste pas ce que vous dites.
  • On a beau être aussi brave, aussi vaillant qu’on puisse l’être, on a beau se dire qu’on est invulnérable, qu’on sait ce qui nous attend, on s’imagine que ça ne sera jamais trop grave, qu’il y aura un avertissement avant que les choses aillent trop loin, une musique off, peut-être, comme dans les films. Mais il me semble que ce n’est pas comme ça qu’arrivent les désastres. Les désastres sont les grands maîtres de l’embuscade : ils savent nous tomber sur le dos quand on regarde ailleurs.
  • Vous avez été bon, vous avez eu la bonté de toujours me dire que l’ignorance n’était pas la même chose que le mal, mais je vous comprends. 
  • Si tu as appris quelque chose, c’est qu’en ce monde aucun de nous n’en a pour très longtemps.
  • Au moment de disparaître, le bébé lança, d’une voix qui semblait être celle de Shi Chongming : « Que ne ferait pas un homme pour vivre éternellement ? Que ne mangerait-il pas ? »
  • Ils enterrèrent des jeunes gens jusqu’au cou dans le sable et passèrent dessus avec leurs chars. Ils violèrent des femmes âgées, des enfants, des animaux. Ils décapitèrent, démembrèrent et torturèrent ; ils s’exercèrent à la baïonnette sur des nourrissons. On ne pouvait guère s’attendre à ce qu’un survivant de cet holocauste puisse ultérieurement faire confiance aux Japonais.
  • >Les propos d’un historien de l’émigration chinoise en Amérique que j’avais étudié à l’université me revinrent à l’esprit : « La brutalité des Japonais a dépassé l’imagination. Ils ont élevé la cruauté au rang d’un art. S’ils présentaient des excuses officielles, cela suffirait-il à ce que nous leur pardonnions ? »

 

Nankin 1937
Nankin 1937 (Wikipédia)

 

 Les personnages :

  • Shi Chongming : professeur 70 ans ( Biotechnologie et sociologie)
  • Strawberry Nakatani : La patronne du bar d’hotesse
  • Svletlana : jeune fille russe travaillant au club de Nakatami
  • Irina : jeune fille russe travaillant au club de Nakatami
  • Jason Wainwright : jeune qui aide Grey, la branche pour travailler au club de Nakatani
  • Junzo Fuyuki : Yoyabon du Fuyuki Gumi
  • M Bai : Toutou de Fuyuki, ancien chanteur à succès. (Bison)
  • Miss Ogawa, la nurse, le monstre de Saitama.

 

  • Shujin : Femme de maître Shi, enceinte
  • Maître Shi : époux de Shujin
  • Vieux Liu Runde: ami de M Shi
  • Le yanwangye de Nankin : le diable, le gardien de l’enfer.

 

Lexique :

  • Un meishi (名刺, meishi) est une carte de visite japonaise.
  • Les shunga (春画) sont des gravures japonaises érotiques, de style ukiyo-e.
  • Katsukawa Shunshō (勝川春章) (1726-1793) est un artiste japonais d’estampes ukiyo-e.

Divers:

  • Tokyo ou The Devil of Nanking (2004)
  • Publié en français sous le titre Tokyo, Paris, Presses de la Cité, coll. Sang d’encre, 2005
  • 2005 : Prix SNCF du polar européen pour Tokyo
  • 2006 : Grand prix des lectrices de Elle – catégorie Policier pour Tokyo
  • ebook: 10.3 heures de lecture, 25 minutes par session, 1398 pages tournées, 2.3 pages par minutes
  • Note : ***** (4,5/5)