Les lumières de la nuit de Higashino

La lumiere de la nuit de Higashino
La lumiere de la nuit de Higashino

Assassinat d’un prêteur sur gages dans un immeuble en construction d’Osaka de plusieurs coups de couteaux. Le policier Sasagaki se charge de l’enquête, peu d’indices, des suspects probables, mais rien de probant. Puis des accidents, les victimes ont un rapport  avec le prêteur sur gage.  Mais malgré tout l’enquête est dans l’impasse.

Higashino va suivre l’histoire de deux des principaux protagonistes, de jeunes enfants lors du meurtre : le fils du prêteur sur gage et une petite fille dont la mère était cliente de cet usurier. De l’école au collège puis à l’université, un suspens se met en place,  des évènements tragiques arrivent, de nombreuses interrogations viennent assaillir le lecteur. Les personnages sont confrontés à l’importance de la réputation, à taire des crimes : Eriko subit un chantage à moins que cela ne soit une pression sur une autre personne ? Tous ces pans de vie sont liés aux évolutions de la société et aux inventions techniques : Rubik’scub, puis les premiers jeux informatiques Mario et le piratage, puis les premières cartes de paiement, les écoutes illicites. Avec en toile de fond les yakuzas presque omniprésent la lumière de la nuit, est une grande fresque de la société japonaise. On suit deux adolescents qui deviennent peu à peu adultes, moulés par le système qui les entoure essayant de s’approprier les lumières de la nuit. Je ne peux en dévoiler plus sur cette enquête que mène l’inspecteur Sasagaki car complexe avec des intrications profondes .    

Higashino nous entraîne dans une enquête diabolique, machiavélique. Un meurtre non élucidé d’un prêteur sur gage puis nous rentrons peu à peu dans un jeu dramatique, obsédant qui nous surprend, nous fait douter  de l’inimaginable. Higashino est (pour moi) un maître du polar, superbe : une réussite .

Attention , les parutions chez Actes Sud ne suivent pas l’ordre chronologique de l’écrivain. Il n’appartient pas à la série du physicien Yukawa (« Dévouement du suspect X », « Un café maison », « l’équation de plein été »). Mais il a été écrit juste après « La Maison où je suis mort autrefois », et « la prophétie de l’abeille« .

Personnages :

    • Sasagaki Junzo : surnommé Sasa, A travaillé au commissariat de Fuse Ouest, quadragénaire de la police judiciaire d’Osaka
      • Katsuko : femme de Sasagaki 
      • Matsuno Hideomi  : médecin légiste
      • Nakatsuka : chef de section
      • Koga : jeune inspecteur
      • Kobayashi : collègue de la police judiciaire
      • Kanemura : collègue de Sasa
      • Kirihara Yosuke : prêteur sur gage, 52 ans
      • Kirihara Yaeko : femme du prêteur sur gage, (30 ans) a un fils de 11 ans Ryo. A vécu treize ans avec Yosuke
      • Matsuura Isamu: employé chez le prêteur sur gage, divorcé vit à Teradamachi
      • Nishimoto Fumiyo : cliente du prêteur sur gage
      • Nishimoto Yukiho : La fille de Fumiyo
      • Kinoshita : mère d’une camarade de classe de Yukiho
      • Terasaki Tadao : Grossiste en produit de coiffure
      • Tagawa Toshio : Gérant de l’immeubles de
      • Akiyoshi Yuichi : Elève du collège Eo, photographe. Chargé de développement chez Memorix
      • Muta Shuki : Elève de Eo, voyou achète les photos de Yuichi
      • Kanasawa Yukiho : Elève du collège Eo, très belle
      • Kawashima Eriko : Elève du collège Eo, amie de Yukiho 
      • Kikuchi Fumihiko : Son frère à trouvé le corps de Yosuke
      • Fujimura Miyako : Elève de l’école privée Seika, violoncelliste
      • Sonomura Tomohiko : Lycéen Informatique
      • Murashita
      • Kirihara Ryoji (Ryo) : Lycéen / informatique, arnaques, fils de Kirihara Yosuke
      • Hanaoka Yuko : femme à queue de cheval
      • Nishiguchi Namie : femme à Mini Jupe (Perd sa montre ), employée de la banque Daito
      • Makabe Mikio : employé de la banque Daito
      • Kanada Kazuko  : femme, amie des deux précédentes  
      • Nakamichi Masaharu : élève ingénieur, donne des cours à Yukikho Karasawa
      • Yukiho Karasawa : élève au collège SEIKA, sa mère est Nishimoto Fumiyo
      • Karasawa Reiko : mère adoptive de Yukiho, professeur de cérémonie du thé, Ikébana
      • Minobe : élève, club de Hockey
      • Naito : élève, club de Hockey
      • Kazunari Shinozuka : Etudiant en économie université de Seika , club de danse, a un faible pour Kawashima Eriko, ami de Makoto Takamiya. Puis il travail au siège de la firme pharmaceutique Shinozuka
      • Kurahashi Kanae : étudiante qui apprécie Kazunari Shinozuka
      • Enomoto : Yakuza  
      • Nakajima Hiroe : Vendeuse, travaille dans le magasin d’informatique
      • Kaneshiro : monde des jeux informatiques
      • Makoto Takamiya : Ingénieur, travail au service des brevets. Fils d’une riche famille, de propriétaires terriens. Marié à Yukiho
      • Yoriko : mère de Makoto
      • Misawa Chizuru : intérimaire qui travaille au service des brevets Tozai Denso
      • Ueno Akemi : intérimaire, amie de Misawa Chizuru 
      • Narita, Yamano : Des employés au service des brevets 
      • Tamura Noriko, cogérante avec Yukiho d’un magasin de prêt à porter Minami-2oyama
      • Natsumi Hamamoto : Responsable de la boutique R&Y à osaka 
      • Imaeda Naomi : joueur de golf, a travaillé chez Tokyo Sogo Research
      • Shinozuka Mika : fille de Shinozuka Yasuharu, sa mère est décédée 
      • Masahiro : petit frère de Mika 
      • Shinozuka Yasuharu : père de Mika et Masahiro, cousin de Shinozuka Kazunari, Pdg de « Shinozuka pharmacies »
      • Taeko : gouvernante de la famille Shinozuka

Citations

  • Elle frissonna.
    Elle avait du mal à tenir debout. — Je vais tomber, murmura-t-elle, déjà pantelante. Il ne lui répondit pas mais l’empêcha de s’asseoir. Bientôt il la fit tourner sur elle-même, releva sa jupe, descendit son collant et son slip jusqu’à ses genoux puis les fit glisser du pied jusqu’au sol. Comme il la tenait par les hanches, elle ne pouvait pas se baisser. Elle se pencha en avant et posa les deux mains sur la poignée de porte.
  • Elle regarda les trois garçons d’une manière qui fit penser Tomohiko à la lumière d’un photocopieur quand il éclaire l’image à reproduire. — Ce sont des amis ?
  • Tu sais, Natsumi, il y a le jour, quand le soleil brille, puis la nuit, quand il n’est plus là. La vie, c’est pareil, il y a le jour et la nuit. Sauf que l’alternance n’est pas du tout aussi régulière. Dans la vie, certaines personnes vivent en permanence sous le soleil. D’autres n’ont d’autre choix que de vivre en permanence dans la nuit la plus noire. Ce dont les gens ont peur, c’est que le soleil disparaisse. Oui, que ce soleil bénéfique disparaisse. C’est ton cas en ce moment.
  • Elle ne voulait plus qu’on la voie, elle souhaitait devenir un petit poisson qui nage à l’abri des rochers.
  • Son pénis était redevenu flasque, mais le désir le tenaillait encore. S’ils ne pouvaient pas avoir de rapport sexuel, elle aurait au moins pu le caresser ou le prendre dans sa bouche. Elle ne le faisait jamais et il n’osait pas le lui suggérer. Bientôt, il l’entendit sangloter. Comme il n’avait aucune envie de la consoler, il se recouvrit la tête de la couette et fit semblant de ne pas l’avoir remarqué.

infos

  • Titre original : Byakuyako,白夜行 1999 (Nuit blanche ?)
  • Actes Sud (2015)
  • traduction de Sophie Refle
  • Note : ***** (4/5)

3 réflexions sur “ Les lumières de la nuit de Higashino ”

    1. Oui, en traduction il n y a que des polars. J’ai un coup de coeur pour « Le Dévouement du suspect X », mais celui la est brillant comme une petite lumière…..A lire (absolument)

Laisser un commentaire