L’île des chasseurs d’oiseaux de Peter May

L'île des chasseurs d'oiseaux
L’île des chasseurs d’oiseaux

L’île des chasseurs d’oiseaux est le premier volume de la trilogie écossaise.

Marqué par la perte récente de son fils unique, l’inspecteur Fin Macleod, déjà chargé d’élucider un assassinat commis à Edimbourg, est envoyé sur Lewis, son île natale, où il n’est pas retourné depuis dix-huit ans.

Ca y est, je suis arrivé à la dernière page : un vrai coup de coeur. l’ambiance est très agréable, bien que la vie ne soit pas facile pour les iléens de Lewis. On se sent littéralement transporté dans ces contrés qui sentent la tourbe (Whisky) dans les landes du nord de l’Ecosse. Des gens bourrus, du gaélique, tout cela sous un climat rude.

On fait connaissance avec Fin, plus exactement l’inspecteur Fin Macleod.  Il est détaché dans son pays natal pour résoudre une enquête. C’est le système ‘Holmès’ qui l’a désigné, il n’est pas emballé de retourner dans le pays de son enfance, les policiers chargés de l’enquête ne sont pas jouasse de le voir s’immiscer dans leur enquête.

Puis doucement des souvenirs de jeunesse qui remontent petit  à petit, de vieilles rancoeurs, des amours d’école avec des jalousies. Puis un voyage initiatique dans l’île de An Sgeir. On mélange de la magie, de l’aventure mystique dans le nord de l’Ecosse. Et une fraternité, des secrets d’homme uni par un pacte.

Dans ce pays de tourbe, les fantômes remontent à la surface !!!! Et collent à la peau de Fin et des proches

Sous le charme de ce premier volume, qui fait partie de la trilogie écossaise : donc me voila bien tenté de continuer la saga de Fin. Une autre remarque sur cet auteur que j’ai trouvé emprunt de beaucoup de pudeur ou de mystère sur certains points de l’histoire. 

Citations :

  • Le poids de la religion, une économie en déroute, un chômage élevé. Un alcoolisme très répandu et un taux de suicides bien au-delà de la moyenne nationale. La perspective de quitter l’île était aussi séduisante qu’elle l’était dix-huit ans plus tôt.
  • Rien ne vous rappelait plus votre destin de mortel que de voir un être humain, nu, allongé sur la table glacée d’une morgue.
  • C’est étrange à quel point certaines personnes peuvent rester bloquées dans une époque. Il y a un moment dans leur vie qui les définit, et ils s’y accrochent pendant les décennies suivantes : même coupe de cheveux, même style de vêtements, même musique, alors que le monde qui les entoure a totalement changé.
  • Les eaux noires et glacées étaient agitées et venaient battre les piliers en béton du quai, puis s’échouaient en écume blanche

Divers :

  •  Prix Les Ancres noires 2010, Cezam Prix Littéraire Inter CE 2011
  • Note : 5/5 *****

Une réflexion sur “ L’île des chasseurs d’oiseaux de Peter May ”

Laisser un commentaire