Viscères #7 (Wolf) de Mo Hayder

viscères #7 de Mo Hayder
viscères #7 de Mo Hayder

Viscères, Opus #7 , Mo Hayder ce petit bout de femme a l’air angélique a encore frappé. Cet opus commence à fond, dès les premiers chapitres la tension s’installe avec cette petite fille de 5 ans qui rencontre un homme avec une barbe noire et un chien prénommé Ourse, et, et, … les parents s’affolent de cette rencontre. « Amy a cinq ans et jamais pendant ces cinq années elle n’a vu maman faire ça« . Mais c’est juste pour donner le ton.

Jack la quarantaine , séduisant migraineux, insomniaque. Il a arrêté de fumer ses cigarettes roulées et vient de passer à la cigarette électronique. Jack se rend à une commémoration en souvenir de Misty Kitson (« Skin »), bien de pénibles souvenirs remontent à la surface et des aigreurs. Surtout la disparition ou le meurtre de son frère par un voisin pédophile, affaire non élucidée. Il ré ouvre le dossier, prend des congés et reprend l’enquête depuis le début avec l’aide du mystérieux marcheur.


« Il secoue la tête, découragé. Sa bonne humeur s’est enfuie. Il devrait peut-être simplement ouvrir la bouteille de whisky pur malt posée sur le comptoir et se mettre à picoler à 9 heures du matin. Le chemin qui, quelques minutes plus tôt, lui paraissait un peu plus facile à parcourir s’étire soudain de nouveau à l’infini »

Le marcheur, un vagabond personnage torturé par la mort de sa fille sous les mains d’un pédophile passe un marché avec Jack. Comme deux compères, un vagabond presque omniscient, l’autre perdu à la recherche de la vérité.

L’histoire, bien que comportant quelques viscères dégoulinants est  moins gore que le titre français. Pourquoi ne pas garder le titre original ??? Et pourquoi une couverture sans rapport, un effet marketing. Mais le déroulement de ces viscères plonge dans la confusion, on part avec des convictions, des suspicions mais peu à peu tous les repères s’écroulent.  Impossible de se détacher du livre, la tension monte de page en page jusqu’à une conclusion  assez éprouvante.

Un superbe cru, bien saignant que Viscère. Implacable … La vie de Jack va basculer encore, sa culpabilité le dévorer. Et ce n’est que le début d’un nouveau tourment. 

« Quelle est la bonne décision ? Qu’est-ce qui définit ce qui est bien, ce qui est mal ? Jusqu’où peut-on descendre dans la liste des Et si jamais ? Il n’en sait rien. Finalement, le vainqueur est Jack le dingue. »

Si c’est le premier thriller de la série que vous avez en main, plein de petites références sont faites aux précédents épisodes de la série Jack Caffery: « Birdman« , « Skin« , « Proies »….donc à creuser. 🙂 

Extraits :

  • Prenez un couteau à lame lisse pour le coup initial, un cranté pour quand l’homme sera à terre, explique Olivier en hochant lentement la tête. La lame lisse pénètre plus facilement, elle le fera reculer, mais elle s’enfonce droit dans le muscle, ce qui ne l’achèvera pas. Un couteau cranté vous donne le meilleur rapport qualitéprrix en termes d’hémorragie.  
  • C’est une chose de vider un animal mort, c’en est une autre d’éventrer un être humain. – Oui, il faut avoir des tripes, je suppose 
  • — Vous savez, Jack, dit-il en tournant la tête vers Caffery, un grand homme à donné un jour cette définition de la folie : refaire sans cesse la même chose en espérant des résultats différents.

Personnages :

  • Amy 5 ans et son ours Buttons
  • Brian, le père d’Amy
  • Olivier Anchor-Ferrers : Ollie, 64 ans, patient de la clinique Mayo opéré du Coeur
  • Matilda Anchor-Ferrers: Tillie, 60 ans
  • Lucia : la trentaine, fille de Matilda
  • Ourse : chienne de race terrier
  • Kiran : fils de Matilda
  • Jacqui Kitson : sa fille a succombé d’un mélange drogue/alcool : Misty Kitson dans « Skin »
  • Inspecteur Honey :Theo Honing 
  • Sergent Molina : Ian le Geek 
  • Minnet Kable : A assassiné l’ex petit ami de Lucia : Hugo Frink et Sophie Hurdst-Lloyd, quinze ans plus tôt
  • Sergent inspecteur Paluzzi
  • Tracey Lamb : réseau pédophile « 
  • Derek Yates : héritier de Tracey Lamb
  • Johnny Patel : ex policier, détective privé
  • Pietr Havilland ( Gauntlet system )

 

Divers :

  • Titre originale : Gone, 2010
  • Editeur : Presse de la citée, 2011 sang d’encre
  • Traduction : Jacques Martinache
  • Note : *****  (4/5)

Laisser un commentaire