Il y a un an Hiroshima de Hisashi Tôhara

Il y a un an, Hiroshima


Hiashi Tôhara avait dix-huit ans le 6 août 1945. Un an plus tard il raconte ce qu’il a vécu dans la ville d’Hiroshima. Des images noires : le rideau se lève sur un drame encore jamais vu. Le narrateur avait vu les bombes incendiaires; les tremblements de terre, mais là une apocalypse d’un nouveau genre venait de voir le jour. Elle mènera à la capitulation le 15 août par l’empereur.

Je ne voyais que le ciel noir, l’eau noire et les flammes rouges comme des démons. » p34

Ces lignes ont été retrouvées par sa femme Mieko après sa mort, c’est en 2010 qu’elles sont publiées comme témoignage. Pendant soixante-cinq ans Tôhara garde ces notes cachées, dont il ne parlera à personne. Il referme dans ces mots la souffrance, l’incompréhension, la haine de lui-même. Mais , on rencontre également une part d’ombre, de culpabilité. Le ressenti de cette culpabilité que Hiashi raconte est comme une vague qui le submerge, il essaie de se protéger, mais ne peut sauver tous les appels à l’aide qui l’entourent. Un voile d’insensibilité le transcende, lui brûle le coeur.

Un témoignage bouleversant provenant d’Hiroshima, un 6 août.

Extraits :

  • D’une maison effondrée sur notre gauche nous parvinrent les cris d’un homme. « Au secours ! Au secours ! » Il devait se trouver coincé sous quelque chose. Il fallait le sortir de là au plus vite, sinon il mourrait brûlé vif! Mais je n’avais déjà plus assez de disponibilité aux autres.Malgré ma mauvaise conscience, je n’eus pas un geste pour lui.
  • Aujourd’hui encore à ce souvenir je suis tourmenté par un profond sentiment de culpabilité. J’éprouve un dégoût envers moi-même à l’idée que cette réaction donne une fausse image de moi

 

Divers :

  • Titre original : Genshi bakudan kaiko
  • Editeur : Arlea
  • Traduction : Rose-Marie Fayolle
  • Note : ***** (4,2/5)

Une réflexion sur “ Il y a un an Hiroshima de Hisashi Tôhara ”

Laisser un commentaire