le vieil homme et la mer – Ernest Hemingway

 

Le vieil homme et la mer, Ernest Hemingway
Le vieil homme et la mer, Ernest Hemingway

Il était une fois un vieil homme, tout seul dans son bateau qui pêchait au milieu du Gulf Stream. Ce vieil homme s’appelle Santiago, il y avait un jeune nommé Manolin qui lui est dévoué comme son fils et qui croit en lui. Depuis quatre vingt quatre jours il n’a pas ramené de poissons. Mais cette dernière pêche il va trouver son adversaire, son frère : un de six mètres. Le poisson qui lui ramènera l’estime des siens et son honneur. Je ne raconterais pas le récit, je vous laisse le lire si vous ne l’avez pas encore lu.

Le vieil homme et la mer, est le roman de la relecture. celui que l’on découvre tout jeune et que l’on relit des années plus tard. La première fois, on a le regard de Manolin envers ce vieil homme, puis bien des années plus tard on a maintenant le regard du vieil homme.

L’amitié désintéressé,  les rôles s’inversent Santiago qui s’occupait de Manolin, lui apprenait, lui transmettait son savoir acquis au fil des ans,  le dur métier de pêcheur, les ficelles. Puis c’est Manolin qui remplit d’estime et de compassions lui prépare à manger, s’occupe de lui. Un jeu se met en place entre ces deux afin de cacher les difficultés de Santiago.

De la vieillesse, on sent les forces de cet homme qui diminuent peu à peu. Celui qui portait la force dans son bras, qui faisait plier les plus fort, se met à avoir des crampes. A résister avec peine contre le poisson. Les éléments autour de lui l’abandonne trop usagé le harpon , puis le couteau s’émousse, la voile rafistolé. Mais la coque du navire résiste aux assauts du temps et des éléments.

Il monologue, faute de TSF sur son cotre, il voudrait Manolo près de lui pour lui parler, conserver. Il se sent devenir sénile à parler tout seul. Il parle à un petit oiseau qui s’est posé sur le navire.

À quelle époque au juste avait-il commencé à parler tout seul ? Il ne s’en souvenait pas. Autrefois il chantait. Il chantait la nuit, quand il prenait son quart au gouvernail sur les cotres de pêche ou les bateaux à tortues. C’est probablement quand le gamin l’avait quitté qu’il s’était mis à parler tout seul. Mais il n’en était pas bien sûr. Au temps où le gamin et lui allaient à la pêche ensemble, ils ne se disaient que ce qui était nécessaire. I

L’espadon, cette prise hors du commun qui représente la richesse, la gloire  va challenger et entraîner le vieil homme très loin des côtes. Il va tester son habilité, sa résistance. Il va sauter hors de l’eau pour lui faire face, le défier, le provoquer puis se rendre après un combat épique. Il va se battre jusqu’aux limites de ses forces

Une grande leçon d’humilité devant le fait que l’homme qui a gagné peut aussi tout perdre. On se sent pris d’empathie pour Santiago dans son combat avec l’espadon, puis avec le combat contre les requins, et son désespoir, sa fatigue, son abandon. 

Nous avons dans ce court roman un concentré d’émotions, du combat d’un homme contre lui-même, contre le sort, la fatalité, contre son âge, contre son corps, contre la nature. De la lutte qu’il doit mener sans abandonner. L’homme va se battre pour défendre l’honneur de son poisson, de son frère d’arme, celui qui s’est si bien battu. Ce poisson, ne représente plus la fortune espérée, mais sa vie.

« No good book has ever been written that has in it symbols arrived at beforehand and stuck in. I tried to make a real old man, a real boy, a real sea and a real fish and real sharks. But if I made them good and true enough they would mean many things. »  Ernest Hemingway

Extrait

  • Il appelait l’océan la mar, qui est le nom que les gens lui donnent en espagnol quand ils l’aiment. On le couvre aussi d’injures parfois, mais cela est toujours mis au féminin, comme s’il s’agissait d’une femme.
  • – Eh bien, alors, bonsoir. Je te réveillerai demain matin.
    – C’est toi qu’es mon réveille-matin, dit le gamin.
    – Moi, c’est mon âge qu’est mon réveille-matin, dit le vieux. Pourquoi que les vieux se réveillent tôt? C’est-y pour avoir des jours plus longs?

Divers :

  • Titre original : The Old Man and the Sea, 1952
  • Folio
  • Note : ***** (5/5)

Une réflexion sur “ le vieil homme et la mer – Ernest Hemingway ”

Laisser un commentaire