Yamabuki de Aki Shimazaki

 

Yamabuki de Aki Shimazaki
Yamabuki de Aki Shimazaki

Aki Shimazaki clôt avec Yamabukile le cycle romanesque « Au cœur du Yamato ». Ca y est j’ai finit le cycle, cette fois je reste un peu sur ma faim. Le ressenti est différent de celui du ‘Poids des secrets’. Ce dernier tome nous conte l’histoire de Aiko Sugihara, l’épouse de Tsuyoshi Toda (Pour ceux qui n’ont pas suivi, il faut se reporter au deuxième volume de la pentalogie Zakuro). L’histoire se décompose en trois partie, La fête des 50 ans de mariage, un retour à la rencontre en 1948, puis l’anniversaire des 56 ans de mariage. 

Lors de la lecture de cette pentalogie, ce ne sont que des histoires de vie toute simples mais décrites d’une façon poétique, on plonge au plus profond de la culture japonaise, et de son histoire. Le petit lexique que l’on retrouve à chacun de ses ouvrages nous fait découvrir plus en avant cette culture, une immersion sous contrôle ?

Mais sous l’aspect des histoires de vie, somme toute banal, il y a le  

Le savoir, la connaissance de l’histoire passé, entre ce qui est écrit dans les manuels (censure), et ce qui est raconté par les familles. Les déportations en Sibérie, les crimes de guerre et les procès,  la crise économique, la guerre de corée. La transmission se fait vers les petits enfants, avec parfois certains souvenirs qui s’effacent. « On parle beaucoup des victimes des bombes atomiques largués sur Nagasaki et Hiroshima. Pourquoi ignore-t-on les victimes des travaux forcés en Sibérie ? » demande Satoshi à son oncle dans Zakuro p68

La culture et les traditions artistiques : La découverte pour certaines de ces formes artistiques, la transmission et la crainte que ces traditions se perdent. ‘Pour les habitants de ce pays, le Japon est aux confins de la terre. En tout cas, ce sera intéressant de découvrir une culture totalement différente de la nôtre ». Tsukushi.

Ambassadrice de la culture, les arts nous sont présentés par petites touches  Koto, Ikebana, Waka, les coutumes tel le miaï (mariage arrangé) par exemple, ainsi que sa critique par le biais de l’enquête sur la vie conjugale vue par les épouses. Et pour l’anecdote : dans l’autre monde : « Pour moi, il me suffit de l’avoir rencontré dans ce monde. Je ne souhaite pas le revoir où que ce soit. Sa petite amie, s’il en a une, le rejoindra là-bas, mais pas moi ». 

Nous avons les aspects positifs comme le sauvetage économique du Japon après l’effort de guerre mais aussi la vision critique des femmes des shôsha-man (qui se tuent parfois à la tâche). Mais à bien y regarder certains maris choisirait cultivateur plutôt que recommencer leur vie de labeur marié à leur entreprise.

Ecriture sobre, délicate, concise, ou tout est dit en si peu de termes à la ressembla,ce d’un Haiku. Une des spécificités est peut-être que ces romans sont écrits directement en Français, ce qui préserve d’une traduction. Est-ce un roman d’une japonaise pour les francophones ? J’aurais aimé connaître les critiques japonaises sur son oeuvre.

J’aurais aimé  connaître plus en avant Takashi Aoki, et l’éventuelle rencontre avec Mitsuba. Dommage que le cycle du Yamato se finisse déjà….  

Personnages :

  • Tsuyoshi Toda mari de Aiko, shosha-man
  • Aiko femme tante Toda pour Zakuro
  • Zakuro petite fille du frère cadet de son mari
  • Toshio Nakamura : fiancé de Zakuro, physicien travail dans le nucléaire
  • Satoshi père du mari de Aiko : Tsuyoshi
  • Banzo Toda grand pere de Zakuro
  • Koji ami journaliste
  • H. ancien mari de Aiko, vivent 5 ans ensemble puis divorcent, étudie le droit , 6 ans de plus que sa femme

 

Extraits :

  • A cause de l’esprit militariste et  de la guerre, nous avons perdu nos traditions artistiques p 78
  • C est a l oppose de MacArthur. Quel opportunisme ! Alors c est possible que les Americains laissent tomber les accusations contre nos chefs militaires p60
  • Je m appelle Tsuyoshi Toda. J ai le coup de foudre pour vous. Est ce possible de voys revoir. P67
  • Tu es comme une fleur de yamabuki. Belle mais pas de fruits. Stupéfaite, je lui ai répliqué : tu es instruit, mais tu n en es pas plus intelligent. Le visage crispé, il est aussitôt sorti de la maison p23

 Divers :

  • Edition Lemeac Actes Sud 2014
  • Parution 2013 Canada 
  • Note : ***** (4,8/5)

Laisser un commentaire