ru de Kim Thùy

Ru de Kim Thùy
Ru de Kim Thùy

 

Enfant de la guerre né pendant l’offensive du Têt en 1968, Nguyen An Tinh (qui est traduit par « intérieur paisible ») nous conte son exil, puis son retour dans le pays de son enfance. Témoignage poignant, quelquefois humoristiques ces souvenirs qui nous imprègnent  telle des fumées de bâtonnets d’encens. Ils remontent sans chronologie bien précise, se mélangent. Mais ce sont aussi des jalons historiques qui ne sont pas inscrits dans les livres d histoire. Mais tous ces souvenirs tissent une toile solide de la recherche identitaire, des souvenirs à transmettre à ses enfants dont une partie des racines se trouve dans ce pays magique qui est le Viet-Nam.

Mais c’est aussi le thème de l’exil, de la fuite. De la peur de l’abandon par les parents afin que les enfants puisse survivre dans un monde libre : »L’amour des parents se révélait aussi l’abandon volontaire« .Témoignage morcelé de  cicatrices causées par la guerre qui a séparé un peuple, frères et soeurs d une même famille.

Puis après cette fuite traumatisante, c’est la renaissance auprès d’une autre famille, de nouveaux amis, et l’apprentissage d’une nouvelle façon de vivre. Vient alors la recherche identitaire de cette femme qui redécouvre  cette nouvelle vie au Canada.  

Kim Thùy est un écrivain de l’exil, elle nous dévoile son histoire  intime sous forme de mosaïque entrcoupé entre le présent et des flash-back. Mais aussi des sentiments indicibles plein de pudeurs qui se mêlent aux senteurs des ramboutans, des kumquats, des crevettes séchés, des fruits des paniers des marchands ou des saveurs des soupes de rue.
Roman ou autobiographie, ce court voyage vers Saïgon ravit les sens.

Extraits :

    • Ma naissance a eu pour mission de remplacer les vies perdues.
    • Je raconte ces anecdotes à Pascal pour garder en mémoire un pan d histoire qui ne trouvera jamais sa place sur les bancs de l’école.  P46
    • L amour des parents se révélait aussi l abandon volontaire
    • J’ai rencontré des parents dont le regard s’était éteint (…) pendant les trop nombreuses années de rééducation communiste dans les camps, non pas les camps de la guerre, mais ceux de la paix, après la guerre.

Divers :

    • Parution 2009
    • 2010, Prix du Gouverneur général, catégorie romans et nouvelles
    • 2011, Grand prix littéraire Archambault
    • Edition : Liana Levi Piccolo
    • Note : ***** (3,8/5)

Laisser un commentaire