Visa pour Shanghai de Qiu Xialong

Visa pour Sanghai de Qiu Xiaolong
Visa pour Sanghai de Qiu Xiaolong

Deuxième volume de la saga de l’inspecteur camarade Chen. Cette fois il devra faire face aux triades aidé d’une équipière de la police américaine. L’histoire se déroule toujours à Shanghai. L’inspecteur Chen découvre un cadavre dans le parc de Bund. Il décide de mener une enquête mais au même moment le secrétaire du parti Li le charge d’occuper une inspectrice des Etats Unis qui vient chercher une chinoise afinr que son mari témoigne contre une tête de la mafia. Malheureusement cette demoiselle a disparu depuis plusieurs jours.

On découvre un autre visage caché de la chine dans cette enquête, celle des triades (la voie sombre) : les haches volantes, les bambous verts…Des connivences possibles entre le gouvernement et la police d’une part et des triades existent elles ? Chen parle aussi de la crise du logement à Shanghai, ainsi que de l’immigration clandestine. L’inspecteur Chen et l’agent du FBI Catherine nous font entrevoir le choc entre les deux grandes puissances : la Chine et les Etats unis. Chacun des personnages défendant la politique de son pays . Chen essaye de faire passer un message politique, positif et d’espoir malgré tout.

Le second volume suit bien le rythme, il existe des références sur le premier volume ‘Mort d’une héroïne Rouge’, des personnages féminins de l’entourage de Chen sont absent dans ce volume Wang Fen (partie au Japon), Ling, peut-être pour ne pas faire d’ombre à Catherine. L’inspecteur est toujours célibataire au grand malheur de sa mère.

Donc très bon polar, pour son ambiance et ses caractères. Il donne même envie de partir à Shanghai pour s’imprégner de l’atmosphère des rues et des senteurs des gargotes. Visa pour Shanghai est un tantinet moins bien que mort d’une héroïne rouge, mais peut-être recommandé sans problème.

Personnages :

  • Chen Cao : Inspecteur principal des affaires spéciales, Police criminelle de Shanghai. Son père est un érudit néoconfucéen.
    Yu Guangming : Adjoint de Chen, Brigade des affaires spéciales
  • Peiqin :femme de Yu, travaille comme comptable dans un restaurant
  • Qinqin : enfant de Yu et Peiqin grâce à la révolution culturelle.
  • Yu Shengun : Père de Yu, surnommé le ‘vieux chasseur’, ancien inspecteur reconverti
  • Yang Guozhuang : ami du vieux chasseur (A subi les pressions du mouvement anti-droitier)
  • Meiling : Secrétaire, service de régulation circulation métropolitaine  
  • Lu Tong Hao : appelé le “chinois d’outremer”, aime la cuisine. Grand ami de Chen
  • Ruru : femme de Lu Tong Hao
  • Petit Zhou : (Zhou Jing) chauffeur à la Brigade des affaires spéciales
  • Li Guohua: le secrétaire du Parti et le supérieur de Chen (il est le chef de la police criminelle de Shanghai)
  • Zhang Zhiqiang: le commissaire politique, le supérieur du secrétaire du Parti Li
  • Catherine Rohn, une inspectrice du FBI
  • Feng Dexiang ( Rat puant) : Fermier de Fujian, témoin des immigrations clandestines.
  • Wen Leiping : femme recherchée par le Fbi et les triades
  • Gu Haiguang : M gros sous (tient un Karaoké).
  • Docteur Ma : Ami de Chen ( ancien libraire)
  • Pan : directeur de l’usine de la commune de Fujian

Gastronomie :

  • Galette de riz au porc
  • Nouilles aux champignons,
  • Soupe au nids d’oiseaux des mers du Sud,
  • Huitres frites dans le la pâte épicée
  • Bouchées au porc haché,
  • Beignets de crevettes à carapace transparente,
  • Des bâtonnets de tofu fermenté,
  • De la bouillie de riz avec un œuf dit « de mille ans »,
  • Du tofu frais saupoudré de ciboule
  • Tortue d’eau à carapace molle

Références biographiques:

  • Chao Cao
  • Zhang Bi
  • Daifu
  • Lao-Tseu
  • Textes buddhistes
  • Su Dong Po (Su Shi )
  • Confucius
  • Liu Yong,
  • Docteur JivagoYue Fei,
  • Liu Yong,
  • T.S. Eliot : Le chant d’amour de j. Alfred Prufrock 

Extraits :

  •  Ce que tu ne peux pas faire, tu devras le faire de toute façon. C’était une des maximes confucéennes de mon père.
  • Demande un prix aussi haut que le ciel, mais marchande jusqu’à ce qu’il touche terre, disait un vieil adage. Dans une société de plus en plus matérialiste, tout se marchandait.
  •  La nourriture a toujours représenté une part importante de la culture chinoise, marmonna Chen, la bouche pleine. Comme dit Confucius : Aimer chair et bonne chère est inhérent à l’homme. — Vraiment ! Elle le soupçonna d’inventer pour les besoins de la cause cette citation qu’elle n’avait jamais lue nulle part.
  •  Oui, il est notre meilleur inspecteur. Et un poète romantique jusqu’à la moelle. C’est pourquoi nous l’avons chargé de travailler avec vous. — Je l’appelle aussi poète romantique, plaisanta-t-elle, mais il se qualifie lui-même de poète moderniste.
  • Et tout s’est arrangé en 1976, à la fin de la Révolution culturelle.
  • la frontière séparant le vrai du faux était fluctuante, sans cesse remise en question par les autorités.
  • Il y avait une métaphore célèbre de Su Dongpo, un poète du XIe siècle : La vie est comme l’empreinte laissée par une grue solitaire dans la neige. On la voit un instant, puis elle disparaît. Dans les situations les plus délicates, des citations lui venaient à l’esprit.
  • Un autre plat arriva, bouillant dans une marmite de terre. C’était très différent d’une spécialité de restaurant chinois aux États-Unis. Sa sauce crémeuse avait un goût de bouillon de poulet mais la viande, un peu gélatineuse, n’avait aucun rapport avec de la chair de poulet.
    – Qu’est-ce que c’est ?
    – De la tortue d’eau à carapace molle. (p. 128)

Divers:

  • Titre original : ‘A Loyal Character Dancer’, 2000
  • Date de publication france: 2004 
  • ebook : 8,6 heures de lecture; 24 minutes par session; 1075 pages tournées
  • Note : ***** (3,8/5)

 

Laisser un commentaire