La mort, L’amour et les vagues de Inoue Yasushi

La mort, L'amour et les vagues de Inoue Yasushi
La mort, L’amour et les vagues de Inoue Yasushi

Ici, un recueil de trois nouvelles : « L’amour, la mort et les vagues », « Le jardin de pierre » et « Anniversaire de mariage ».

Dans « L’amour, la mort et les vagues », on suit un homme qui est descendu à un petit hôtel désert près desfalaises. Sugi n’est pas venu pour le tourisme mais avec la ferme intention de se suicider, un scandale entachant son nom

étant à venir. Il passe ses derniers moments à se remémorer le passé et à terminer la lecture de « Voyage en Orient » de Guillaume de Rubrouck. Seulement, il découvre la présence dans l’hôtel de  Nami, une jeune femme qui a elle aussi choisi de mettre fin à ses jours par amour. Oseront-ils malgré tout à aller jusqu’au bout ? MOURIR par amour, MOURIR pour le déshonneur ?

falaise suicide
« Le jardin de pierre » : (22 pages) Uomi Jiro et sa jeune épouse Mitsuko font un court séjour à Kyoto. Jiro réfléchit aux endroits qu’ils pourraient visiter : Le pavillon de thé de Ryôkakutei, le Ryôanji. Ces endroits rappellent des souvenirs à Uomi. Des souvenirs amers, Uomi et Totsuka sont amoureux de la même femme Rumi, Totsuka abandonne son amour et ses études  au profit de Uomi. Quelques années plus tard Uomi abandonne Rumi ….

The Garden of Ryoanji Temple, Kyoto
The Garden of Ryoanji Temple, Kyoto

« Anniversaire de mariage » (24 pages) : Karaki Shunkichi, 37 ans et veuf depuis deux ans. Il ne peut se remarier, il a une dette envers sa femme décédée Kanako. Ce n’est pas l’amour se sa femme qui en est la raison, mais une particularité qu’ils partageaient : la mesquinerie et l’avarice, le sens de l’économie.

Voilà un recueil bien pessimiste sur la vie et  l’amour. L’amour est sujet à caution, on doute de l’Amour : un jeux, une obligation ou le fatalisme. On aura du mal à avoir de l’empathie pour les personnages que nous décrivent Inoue, mais ce sont peut-être des miroirs qu’il nous renvoie par ces trois nouvelles.

C’est un regard froid et ironique sur ces couples qui nous est renvoyé, nous en sommes que les témoins. De la même manière dans le « Fusil de chasse », nous avions une relation amoureuse vue sous différents prismes. Une belle écriture, qui nous dévoile le côté obscure de l’âme : Est-il raisonnable d’aimer ?. On pourrait conclure sur une citation provenant du fusil de chasse : « Aimer, être aimée ! Nos actes sont pathétiques. »

 

 Citations :

  • – Mais en dehors de l’amour, qu’est-ce que vous désirez le plus ? » insista Nami sur le ton d’un enfant qui réclame un jouet. Sugi pourtant se mit à réfléchir sérieusement à la question de savoir s’il ne désirait pas quelque chose. C’était difficile à dire. Le corps d’une femme, peut-être, pensa-t-il. Ce qu’il désirait c’était de se laisser glisser dans un sommeil profond entre les draps frais et légers, délicieusement fatigué, auprès d’une femme, n’importe laquelle. (L’amour, la mort, les vagues)
  •  » Je n’ai pas réussi à mourir. » (p33-L’amour, la mort, les vagues)
  • « C’est vraiment un beau jardin », remarqua Mitsuko puis elle se tut et se replongea dans sa contemplation.
    L’austérité et le dépouillement de ce jardin recouvert de sable blanc, avec juste quelques pierres posées çà et là, ne manquaient pas d’émouvoir le spectateur. (Jardin de Pierre)

Divers :

  • Publié au japon en 1950 et 1951
  • Editions Picquier Poche – 1999 – 111 pages
  • Note  ***** (3.7/5)

Laisser un commentaire