Tsubaki de Aki Shimazaki

 

Tsubaki de Aki Shimazaki
Tsubaki de Aki Shimazaki

Tsubaki est le premier volet de la pentalogie « le poids des secrets ». Le récit débute par l’histoire de Yukiko Horibe, la mère de Namiko pendant la seconde guerre mondiale, plus précisément à Nagasaki pendant la période de la bombe atomique. Yukiko cache des secrets qu’elle ne dévoilera à sa fille Namiko qu’après sa mort, pour soulager sa conscience. Elle se prépare à sa mort en commençant à raconter à son petit-fils des pans de sa vie : « on meurt selon le destin » lui dit-elle. Yukiko aimait les camélias / Tsubaki symbole d’amour éternel et inconditionnel et souhaitait mourir de la même façon que ses fleurs.

Beaucoup de non dits, de mensonges entourent la jeunesse de Yukiko, des cruautés qu’on n’oublie jamais. Pour Yukiko, ce ne sera pas la guerre ni la bombe atomique qui la marqueront à jamais, mais les trahisons de son père.

On retrouve dans ce premier roman, une part historique importante du tremblement de terre du Kanto au bombardement des B29 américains. Mais aussi mêlant témoignage et confession son rôle dans la résistance civile, les usines d’armement, les enjeux stratégiques de la guerre. Le rapport avec les coréens, traité comme des esclaves : « nous devons combattre pour l’unité et l’ordre.Ce n’est pas le moment de chercher la vérité ». Mais aussi le ressenti de la population soumise à la guerre, privation, famine, maladie.

Difficile d’en dire plus, car l’histoire en est à sonprémisse. Je suppose que le prochain volet sera sur l’oncle de Namiko.cLe voile s’estompera délicatement pour dévoiler bien des secrets.
Aki Shimazaki nous livre ce récit dans un style emprunt de délicatesse, partagée entre un destin douloureux pendant la guerre et un amour qui ne pourra se réaliser.

 

Citations :

  • Mon frère a été capturé à Saïpan et tué par les américains. On dit qu’être fait prisonnier, c’est assez honteux : mais être tué par eux, c’est le pire affront pour un soldat. Mon père dit qu’il ne sait comment s’en excuser auprès de l’empereur.   p59
  • Il y a des cruautés qu’on oublie jamais. Pour moi ce n’est pas la guerre ni la bombe atomique p66
  • Pour moi, c’était le début de ma guerre. J’avais manqué l’occasion de mourir pour le crime que j’avais commis. p93

Lexique :

  • Gyokusaï : combattre jusqu’à la mort.
  • Tetenashigo : enfant sans père, bâtard.
  • Ojisan : oncle.
  • Yosomono : étranger.

Divers:

  • Publié en 1999, édition Babel
  • Prêt Bibliothèque du Kremlin-Bicêtre, 05/2014
  • Note : ***** (4/5)
Hamaguri de Aki Shimazaki  -Le poids des secrets (2) -
Hamaguri de Aki Shimazaki
-Le poids des secrets (2) –

 

2 réflexions sur “ Tsubaki de Aki Shimazaki ”

Laisser un commentaire