Le fusil de chasse de Yasushi Inoué

le fusil de chasse de Yasushi Inoué
le fusil de chasse de Yasushi Inoué

Thème : Amour, adultère

Le poème « le fusil de chasse » n’est en fait qu’un fil déclencheur à la révélation d’une liaison. Un certain Josuke Misugi se reconnaît dans les traits du personnage du poème paru dans un journal de chasse. Il écrit une lettre à l’auteur  admirant sa perspicacité, et le sentiment d’orgueil d’être ainsi cité anonymement. Il lui propose également de lui envoyer trois lettres qu’il a reçu de différentes personnes qu’il associe aux vers suivants « Lit asséché du courant blanc et blême ».

L’ouvrage m’a laissé sans voix, il m’a dérangé. On a souvent des romans de liaison, d’adultères, ou de passions non comprise. Mais ici j’ai pu lire l’incompréhension et la souffrance, la haine froide et calculée, le désir et l’amour. Une relation amoureuse vu de trois prismes différents, de la fille de la maîtresse, de la femme trompée, puis de la maîtresse aimée. On arrive à ressentir une empathie pour chacun des personnages, pour finalement se demander si l’on peut sortir victorieux, sans blessure ? tout être abrite un serpent dans son corps comme le dit si bien Misugi

Personnages

  • Josuke Misugi : L’homme avec le fusil de chasse, le mari, L’amant
  • Midori : sa femme
  • Saiko : Sa maîtresse, et également cousine et amie de Midori
  • Kadota : Le mari divorcé de Saiko
  • Shoko : La fille de Saiko

Citations

  • En plus des trente couleurs au moins que contient une boîte de peinture, il en existe une, qui est propre à la tristesse et que l’œil humain peut fort bien percevoir.
  • Tantôt elle souffrait, tantôt elle était en extase, tantôt elle priait, tantôt elle sombrait dans le désespoir, tantôt elle décidait de se tuer… Oui, elle a souvent songé au suicide !
  • Pour un temps, notre maison là-bas sera fermée aux visiteurs mâles, car je suis écoeurée par les pièces qui gardent l’odeur des hommes.
  • Le mot « famille » est trop chargé de tendresse, d’humanité pour que j’en fasse usage. Il vaudrait mieux, et je pense que tu es d’accord, parler de « citadelle ». Autant que je me souvienne, depuis plus de dix ans, chacun de nous s’est retranché derrière les murs de sa citadelle ; tu m’as trompé et je t’ai trompé (mais c’est toi qui as eu l’initiative). Quel calcul affligeant peut bien faire un homme ! Notre existence s’est entièrement édifiée sur nos secrets respectifs.
  • Un jour tu m’as dit que tout être abritait un serpent dans son corps.
  • Aimer, être aimée ! Nos actes sont pathétiques.
  • Qu’est ce donc que ce serpent qui, dit-on habite chacun de nous ? Égoïsme, Jalousie, Destin ? Peut-être quelque chose d’analogue au « Karma »

Divers

  • Paru en 1949.
  • Yasushi Inoue (1907-1991) a reçu en 1950 pour «  »Le Fusil de chasse » le prix Akutagawa
  • Livre de proche, couverture édition 5/1992
  • Note : ***** (4.7/5)

Une réflexion sur “ Le fusil de chasse de Yasushi Inoué ”

Laisser un commentaire