Le pont flottant des songes de Junichirô Tanizaki

Tanizaki
Tanizaki

Résumé

Le Pont flottant des songes est le cinquante-quatrième et dernier livre du Genji Monogatari. Le début de ce court roman raconte avec de nombreuses xxx à la poésie la vie calme de la maison. Le narrateur raconte sa petite enfance qui se superpose entre sa première mère, sa nourrice et sa seconde mère ( vers l’âge de huit ans), et jusqu’à l’âge de 12 ou 13 ans dort avec sa femme.La bonne retourne chez elle, elle apprend à Tadasu l’histoire controversée de sa mère. A l’âge de vingt-ans il aura un petit frère. Tadasu l’accepte mais sa mère n’est pas ’emballé’ d’avoir un enfant. Les parents font adopter Takeshi par le Shizu.ichino . Il apprend que son père est gravement malade, (tuberculose des reins), ce qui ne lui laisse que peu de temps à vivre. Tadasu comprend alors pourquoi Takeshi a été placé à sa naissance. Son père souhaite que Tadasu prenne un soin particulier au bien être de sa mère et se marie avec O-Sawa  (Sawako) (fille de Kajikawa, jardinier de la famille). il reste une condition à ce mariage est la suivante : si un enfant nait il devra également être placé. Le jour de la cérémonie avant mariage les membres de la famille semblent étrangement distant, froids et partent presque immédiatement. L’ancienne nourrice de Tadasu vient lui raconter les rumeurs : une liaison probable  de Tadasu avec Tsuneko, la possibilité que Takeshi soit le fils de Tadasu et de Tsuneko ( sachant que le mari était malade), que le mariage avec était arrangé et rendait service à tous car Sawako était née sous un signe néfaste. Le mariage a néanmoins lieu, Tsuneko décède après la piqûre d’un scolopendre (…) quelques années plus tard Tadasu divorce, déménage. Il reprend avec lui Takeshi et sa vieille bonne.

Critique: 

Pour moi, un ouvrage magnifique. Tanizaki est un écrivain qui traite sans détours le problème du désir sexuel. Dans le « Pont flottant des songes » en particulier on retrouve  les relations mère/fils et marâtre/ »fils » décrites de façon ambiguës, et je pense notamment à la scène dans laquelle Tadasu, jeune homme, tête les seins de sa marâtre. Ainsi que le rôle du père peut-être énigmatique. Mais tout est décrit de façon poétique, ou n’apparaît aucun signe qui pourrait paraître malsain, on ressent l’innocence de ce jeune adolescent, de sa culpabilité à un moment mais bien faible par rapport aux rumeurs qui l’entoure. Il s’en défend mais gardera quand même quelques doutes sur des agissements possible de la marâtre.

Personnages

La Maisonnée est composée :

  • Des parents (la mère « Chinu » meurt à l’âge de 22 ans, deux ans plus tard son père se remarie à Tsuneko, mais son père souhaite qu’elle prenne le nom de  Chinu)
  • Takeshi : petit frère, fils de Tsuneko.
  • le narrateur Tadasu ( âgé environ de 4 ans au début de l’histoire)
  • De la Nourrice : O-Kane
  • Trois bonnes

Citations/Extraits

  • Le milan plane, le poisson plonge.
  • Le parfum de ses cheveux, qu’elle nouait en chignon, effleurait mes narines. Je cherchais de mes lèvres le bout de son sein le prenait dans la bouche, le roulait sous ma langue. Sans rien dire, maman me laissait téter aussi longtemps que je voulais. (…). Tout en jouant sur son mamelon de la pointe de la langue, je tétais de mon mieux, et alors, ô bonheur ! j’en tirais du lait. Des effluves où cette odeur lactée se mêlait au parfum de sa chevelure
  • Je prenais ses tétons dans ma bouche, passant de l’un à l’autre, et j’essayais de les téter d’une langue appliquée, mais malgré cela, le lait ne venait toujours pas (47)
  • Graduellement, l’image de « maman d’avant » se confondit avec celle de « maman de maintenant ».(49)
  • Est ce que tu sais encore téter ? si tu crois que oui, tu peux essayer (70)

Lexique

  • fusuma :Porte à glissière de la maison japonaise traditionnelle, en papier opaque tendu sur un châssis de bois
  • scolopendre : Animal arthropode (Myriapodes chilopodes), au corps formé de 21 anneaux portant chacun une paire de pattes, plus couramment appelé mille-pattes.
  • ingambe: Qui se meut avec agilité.
Mes livres sur Babelio.com

Laisser un commentaire