Le diable au corps de Raymond Radiguet

Le diable au corps: amour, érotisme et tragédie dans la bascule de la guerre en 1914
Le diable au corps: amour, érotisme et tragédie dans la bascule de la guerre en 1914

Critique :

C’est ma première lecture de ce roman, j’avais pensé l’avoir lu étant jeune : mais non aucun souvenir à part le film de Claude Autant-Lara. Une merveille, un roman court qui se lit rapidement. On se retrouve tel un adolescent pendant la lecture, se remémorant les premiers amours, les espoirs les déchirures, mensonges et ruptures.
Ici un triangle amoureux intemporel à l’odeur de soufre car le mari est au front pendant les relations adultères, mais aussi la part manipulatrice, froide  du jeune adolescent.

Personnages

  • Marthe : la jeune mariée adultère
  • Mme Grangier : la mère de Marthe
  • Jacques : Le mari de Marthe, pour la plupart du temps absent au front !!

Citations :

  • Mais je ne veux pas causer le malheur de ta vie. Je pleure, parce que je suis trop vieille pour toi! Ce mot d’amour était sublime d’enfantillage. Et, quelles que soient les passions que j’éprouve dans suite, jamais ne sera plus possible l’émotion adorable de voir une fille de dix-neuf ans pleurer parce qu’elle se trouve trop vieille (25)
  • Son visage s’était transfiguré. Je m’étonnais même de ne pas pouvoir toucher l’auréole qui entourait sa figure, comme dans les tableaux religieux.(30)
  • Je devais à la guerre mon bonheur naissant; j’en attendais l’apothéose. J’espérais qu’elle servirait ma haine comme un anonyme comment le crime à notre place (30/Jalousie)
  • Rien n’absorbe plus que l’amour. On n’est pas paresseux, parce que, étant amoureux, on paresse. L’amour sent confusément que son seul dérivatif réel est le travail. Aussi le considère-t-il comme un rival. Et il n’en supporte aucun
  • N’ayant jamais pensé que je pouvais devenir responsable de quoi que ce fût, je l’étais du pire.

Lexique :

  • barbon : Homme d’un âge avancé
  • pensum: Tâche ennuyeuse

Divers :

e-book, 3,8 heures de lecture, 20/02/2014

Laisser un commentaire